mercredi 26 mai 2010

"Quand on a commencé à réclamer l'usage de la langue flamande, on n'avait nullement en vue la division du pays" (J.-B. Langlois, 1858)

Gustave Wappers, Épisode des journées de septembre 1830 sur la place de l'Hôtel de Ville de Bruxelles(détail). 1834. Musée royal des Beaux-Arts de Bruxelles.


« … Il y a environ un quart de siècle que quelques hommes jetèrent le cri d'alarme, et ce cri fut entendu d'un bout à l'autre de la Flandre : nous étions menacés de perdre notre langue maternelle; le pouvoir cherchait à déraciner le flamand et à le remplacer par le français !

Dans le principe, après la scission de 1830, il avait été de bonne politique, pour faire croire à une nationalité distincte, de bannir le flamand de toute administration, gouvernementale, provinciale ou communale, et de n'admettre que le français dans les chambres et dans les conseils. On continuait l'œuvre commencée avant la révolution. Sous le règne de Guillaume, l'opposition prétendait que les provinces belgiques du midi avaient depuis longtemps adopté la langue et les mœurs françaises ; que l'idiome néerlandais n'était parlé que dans la Hollande; que le flamand, dont quelques vestiges étaient restés dans le pays, était un patois sans règles de grammaire, sans orthographe, ayant une prononciation barbare, variant avec les localités, inintelligible même pour les Flamands de deux provinces différentes, et ignoré du monde entier. Les Néerlandais du Nord avaient beau réfuter ces allégations excessivement hasardées, ils n'étaient point écoutés ; on les accusait de malveillance pour les intérêts des provinces belgiques, et l'on persistait à représenter celles-ci comme ayant une autre langue et d'autres mœurs que la Hollande. La différence de culte ne contribuait pas peu à donner raison aux mécontents, et les plus sceptiques mêmes, oubliant leur haine de la superstition, invoquèrent cet argument à l'appui de la thèse qu'ils défendaient. C'était un acheminement vers l'union des catholiques et des libéraux.

Que Guillaume ait quelque peu précipité l'introduction des réformes qu'il apportait avec son système gouvernemental, nous ne le méconnaîtrons pas; qu'il ait eu tort d'imposer la langue néerlandaise à des provinces qui, venant de secouer le joug dela France, étaient profondément atteintes dans leur langue et clans leurs mœurs par la gangrène de l'étranger, nous le voulons également; mais on n'en peut aucunement déduire que le gouvernement néerlandais ait agi despotiquement de parti pris, ou ait songé à ruiner les provinces du Midi au profit de celles du Nord. Il eût connu bien peu ses intérêts et il était trop bon logicien pour ne pas comprendre qu'il fallait cimenter l'union entre les Hollandais et les Belges, qui, par la race et par leur histoire, étaient frères, mais que la destinée avait séparés l'un de l'autre pendant deux siècles. Il avait pour but de réaliser la pensée du congrès de Vienne concernant la création d'un royaume fort, composé des anciennes dix-sept provinces ; mais il ne sut se plier ni au temps, ni aux circonstances, et ses conseillers, que nous voulons bien croire sincères, ne l'instruisirent pas suffisamment de l'état des esprits en Belgique, ne lui laissèrent pas assez voir le danger qu'il y avait à ne pas arrêter, au moins pour un temps, les réformes qu'il introduisait dans les institutions publiques. Pour qu'une réforme puisse être implantée avec succès, il faut qu'on lui donné le temps de prendre racine et de fleurir sur le sol où elle doit porter ses fruits. Cette vérité, banale à force d'être simple, semblait ignorée de Guillaume. Il croyait à la toute-puissance du fait, et par là, toutes ses mesures, dictées plutôt en vue de la mission qui lui avait été imposée par le congrès dont il tenait sa couronne, qu'en vue des exigences des Belges francisés, des Wallons surtout, prenaient un caractère despotique. Il désirait néanmoins fermement l'union et la prospérité des Pays-Bas; mais il estimait que c'eût été une faiblesse indigne d'un monarque tel que lui, de céder aux réclamations exagérées, et souvent injustes, reconnaissons-le, d'une petite minorité. Cette force de caractère, l'énergie qu'il déployait en cette circonstance devenait entêtement.

Non-seulement le gouvernement néerlandais heurtait de front les intérêts de famille des Wallons qu'il forçait par son régime à apprendre le néerlandais, mais encore il eut le malheur, et de mécontenter les libéraux en prenant des mesures anti-libérales, et de s'attirer, par la protection qu'il accordait au protestantisme, la haine d'un clergé puissant qui n'avait vu son avènement qu'avec méfiance, et qui maintenant allait tout mettre en œuvre pour se débarrasser de lui.

Le libéralisme dominait dans les provinces wallonnes, le catholicisme et avec lui l'esprit conservateur, dans les provinces flamandes, et tous les deux, quoique poursuivant un but différent, s'entendirent à merveille dans leur antagonisme contre le régime en vigueur. La révolution éclata, et, sous l'inspiration de l'Union des deux partis, se constitua la Belgique. Les deux éléments y avaient leur expression, et nécessairement, avec le libéralisme, la Wallonnie triompha, tandis que la Flandre, ou pour être plus exact, les Flamands, qui, à vrai dire, avaient été passifs jusque-là, furent oubliés : on ne tint aucun compte d'eux.

A peine au pouvoir, les unionistes allaient recommencer les fautes politiques de celui dont ils venaient de prononcer la déchéance. Sous prétexte d'unité politique et gouvernementale, on établit la langue française comme seule langue officielle, et l'on chercha à l'implanter partout : les ordres ministériels invitaient les subordonnés à dresser leurs rapports, procès-verbaux, lettres, etc, en français; dans les écoles, athénées et universités, l'instruction était donnée en français; l'armée devait être commandée et administrée en français; la justice rendrait désormais ses arrêts en français; tout, sans exception, reçut une organisation française.

Dans le premier enivrement du succès, on ne vit là rien d'impossible; personne ne doutait de l'avenir. On rêvait un pays indépendant, libre, ayant sa constitution , ses lois, son gouvernement selon ses vœux. On avait atteint ce qu'on désirait, du moins on l'espérait, et cet espoir était légitime pour ceux- qui gagnaient tout au nouvel état de choses : fortune, position , liberté. Mais lorsqu'on put se rendre compte du grand revirement qui venait de se produire, lorsque le calme -eut succédé au bruit, les Flamands, qui n'avaient pas eu connaissance de tout ce que leur annexion à la Hollande constituait pour eux de richesses et de bien-être, s'aperçurent alors, mais alors seulement, qu'ils avaient perdu cette source de vie. Ils avaient cru un moment aux beaux mots de liberté, de patrie, qu'on avait fait retentir à leur oreille, et ils se voyaient maintenant en présence de la misère, et dans la nouvelle nationalité qui se formait ils ne retrouvaient pas la leur. Étrange nationalité, en effet, que celle qui ruine un peuple et l'exclut du banquet social en refusant de le reconnaître! car on ne taisait pas moins, en bannissant la langue flamande de l'administration, de l'enseignement, de l'armée, de la justice. Alors enfin ils s'aperçurent qu'ils étaient victimes, qu'ils étaient sacrifiés par des alliés qui n'avaient travaillé que dans leur propre intérêt : ils virent l'étendue de leurs malheurs, et se plaignirent.

C'est à ce moment, que quelques hommes, en qui se révélait, claire et bien définie, l'opinion publique, poussèrent leur cri d'alarme. Sachant que le génie d'un peuple se trouve tout entier dans sa langue, que c'est par elle que ses mœurs se conservent, que c'est par elle seule qu'il peut s'initier aux secrets de la science et prendre sa part du progrès universel, ils réclamèrent pour leurs compatriotes ce legs précieux des ancêtres, qui avait été religieusement conservé dans toute sa pureté.

Il était trop tard pour tenter une contre-révolution ; du reste, l'Union durait encore. Les hommes dont nous parlons devaient donc travailler pacifiquement à reconquérir ce qu'on venait de perdre. Mais en vain faisaient-ils entendre leurs réclamations, et indiquaient-ils dans l'introduction en Belgique de l'élément français un danger pour la nationalité,—nationalité qu'on était cependant si jaloux de garder intacte, — ils n'étaient point écoutés du pouvoir, et les hommes de la révolution les qualifiaient d'Orangistes. C'était le gros mot. L'orangisme était considéré comme la peste et inspirait au moins autant d'horreur.

Mais 'si les partisans des deux opinions dominantes furent sourds aux réclamations de quelques hommes qui semblaient isolés, les Flamands, par contre, accueillirent leurs paroles avec enthousiasme; ils les écoutaient, suivaient leurs conseils, se livraient à l'étude de leur langue maternelle, et nommaient avec vénération : Willems, Th. Van Ryswyck et Conscience, le savant philologue , le poète et le romancier, qui leur rendirent la littérature de leurs pères, et créèrent la poésie et la littérature moderne. — Depuis ce jour, la cause est gagnée. La victoire peut bien se faire attendre ; ils ne l'ont pas encore, mais ils l'auront indubitablement, car un peuple qui se retrouve et se reconnaît, se refait bientôt, et reprend tous ses droits. […]

Le mouvement flamand, pour quiconque le considère, est imposant, mais il est surtout entraînant et irrésistible pour ceux-là qui ont le sentiment de la dignité nationale. Qui ne se sentirait ému en voyant ces hommes, transportés d'un saint enthousiasme, travailler au réveil du peuple et rêver pour celui-ci de grandes destinées, pareilles, sinon supérieures, à celles qu'il a eues dans les siècles précédents, avant que l'étranger n'eût ruiné nos provinces? Ils sont beaux ces hommes qui, avec de faibles moyens, réduits à leurs seules ressources, entreprennent l'œuvre colossale de la régénération de la patrie! Ils cèdent peut-être à l'illusion; mais pardonnons-leur cet engouement : ils ont embrassé une noble cause. […]

Il se peut que, dans le principe, le mouvement flamand n'ait pas été compris, mais, aujourd'hui que son esprit se révèle, qu'il prend un caractère déterminé, il faudrait volontairement fermer les yeux pour se tromper sur son but et le méconnaître. Quand on a commencé à réclamer l'usage de la langue flamande, on n'avait nullement en vue la division du pays, c'est-à-dire une scission entre Wallons et Flamands. On voulait uniquement la reconnaissance d'un droit incontestable; on voulait, dans une juste mesure, la jouissance des avantages que procurait le nouvel état de choses, dont on avait d'ailleurs toutes les charges; on voulait, en outre, ne pas se laisser condamner à la mort, à l'anéantissement; car, quelques personnes de la haute classe et de la bourgeoisie aisée pouvaient bien se servir de la langue française, comme nous le voyons aujourd'hui, mais la masse, le peuple, qui n'a pas le temps d'user plusieurs années de sa vie sur les bancs de l'école, qui, pour vivre, est obligé de travailler au jour le jour, devait rester étranger à cette langue et conséquemment à toute vie intellectuelle, à toute civilisation, à tout intérêt politique et social. Cette immense partie de la population, ou, pour mieux dire, la population tout entière, ignorante de ce qui se serait passé autour d'elle, abandonnée aux hommes qui prennent un satanique plaisir à s'emparer d'elle, pour lui enseigner l'humilité chrétienne, la résignation et l'abandon du monde, serait devenue indifférente à tout ce qui doit l'intéresser, et aurait facilité ainsi, aux rétrogrades, aux preneurs du passé, qui rêvent un âge d'or pour la foi et l'ignorance, le triomphe de leurs maximes, le règne de leur politique. L'anéantissement de la langue flamande eût été la destruction morale et intellectuelle du peuple flamand.

Envisager la question au point de vue des inconvénients qu'entraînera la reconnaissance d'une seconde langue officielle, serait se montrer mesquin, serait faire preuve d'ineptie. Nulle considération, de quelque nature qu'elle soit, ne peut annihiler un droit imprescriptible. Reculer la solution du problème, n'est que prolonger la lutte qui doit nécessairement exister quand les intérêts de toute une population sont compromis; c'est l'aviver et lui donner des proportions plus larges, car les difficultés et les retards sont aux passions humaines, ce que l'huile et le goudron sont au feu. En outre, si l'on se donne la peine de faire une étude sérieuse de la question, lors même qu'on serait d'avis qu'une langue unique pour un pays est réellement préférable, on reconnaîtra bientôt que la substitution de la langue française à l'idiome flamand est tout bonnement une impossibilité. Pourquoi donc la tenter? Pour faire naître des vexations ? »

J.-B. LANGLOIS, "Le mouvement flamand au point de vue politique", Revue trimestrielle, 19e vol., 5e année, t. 3, juillet 1858 [extraits].  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget